[MUST - 27/04/2022] Découvrez le dernier blog publié : Gestion de stocks - Rendez-vous dans la rubrique Actualités | Blog

Le télésuivi au service des patients apnéiques du sommeil

18 05 2016 | Air

92% des patients satisfaits

air_blog

De 1 à 3 millions de français souffriraient d’apnée du sommeil. La principale cause de cette insuffisance est la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Aujourd’hui, plus de 550 000 personnes en France utilise cet appareil PPC.

Associé à l’éducation thérapeutique, le télésuivi du patient atteint d’apnée du sommeil conduit à un meilleur suivi du traitement, ce qui réduit les symptômes et diminue les complications induites par la pathologie.

La fédération des PSAD a ainsi menée une enquête de satisfaction auprès de 1000 patients appareillés par des prestataires de santé privés et associatifs :

« Avec 92% des patients qui se déclarent satisfaits (52% tout à fait et 40% plutôt satisfaits), cette étude « démontre la forte adhésion au traitement de PPC avec télésuivi », se réjouit la fédération, qualifiant ces résultats d' »extrêmement encourageants » alors qu’il s’agit « d’une pathologie grave et d’un traitement qui peut vraiment être perçu comme contraignant pour le patient ». »

 

« Une vaste majorité des patients traités par pression positive continue (PPC) pour un syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS) se déclarent « globalement satisfaits » du télésuivi de l’observance thérapeutique, s’est félicité la fédération des prestataires de santé à domicile (PSAD), le 29 janvier 2014 dans un communiqué que nous avions traité dans un article Must. »

Ce télésuivi de l’apnée du sommeil permet au prestataire de santé de suivre le bon déroulement de l’observance du traitement par le patient.

 

Symptômes et mécanismes de l’apnée du sommeil

 

PPC

 

« Les syndicats de PSAD s’engagent à fournir le meilleur niveau de service aux patients apnéiques. Découvrez en suivant ce lien les bonnes pratiques pour la  prise en charge des patients traités par pression positive continue (PPC). »

 

Sources : Le Figaro Santé du 04/12/2015, le communiqué du 29 janvier 2014 présent sur le site FEDEPSAD

 

CONTACTEZ-NOUS