[MUST - 16/11/2022] Découvrez les trois derniers blogs publiés : Référentiel PSDM, SESAM-Vitale, SMS - Rendez-vous dans la rubrique Actualités | Blog

Oxygénothérapie à domicile : des PSAD heureux et des patients soulagés

8 07 2015 | Air, Blog Must

Le traitement de l’insuffisance respiratoire chronique ou de courte durée a été révolutionné par la dispensation à domicile de l’oxygénothérapie par les pharmaciens et les prestataires de santé à domicile.

Les débuts de la dispensation de l’oxygénothérapie à domicile

23-oxygenotherapieJusqu’à la fin des années 1960, les patients souffrant d’insuffisance respiratoire étaient soignés uniquement à l’hôpital. Grâce à l’action de médecins pneumologues et de médecins réanimateurs, des structures régionales se sont mises alors en place. Il s’agit de créer des réseaux permettant de dispenser ses traitements à domicile pour un meilleur confort du malade tout en lui garantissant la même qualité de soin qu’à l’hôpital.

La prise en charge et le remboursement de l’oxygénothérapie à domicile ont été promulgués en 1967 par l’Assurance Maladie en octroyant aux bénéficiaires d’assistance respiratoire un remboursement à la journée. Grâce notamment à l’association nationale ANTADIR crée en 1981 (Association nationale pour le traitement à domicile des insuffisants  respiratoires  graves,  devenue  Association Nationale pour les Traitements À Domicile, les Innovations et la Recherche), le traitement d’oxygénothérapie par les prestataires de soin à domicile a pris son essor.

Si les pratiques et les remboursements sont disparates en fonction des régions, il sera uniformisé grâce à son inscription à la LPPR en 1999 puis par la création des BPDO (Bonnes Pratiques de Dispensation à domicile de l’Oxygène).

 

 

Des prestataires de santé à domicile et des pharmaciens coordonnés au service de l’insuffisance respiratoire

Jusqu’à la création des BPDO en 2000, la coordination entre les différents acteurs du traitement de l’insuffisance respiratoire à domicile était présente mais parfois chaotique. Les réglementations très strictes des Bonnes Pratiques de Dispensation à domicile de l’Oxygène (BPDO) ont permis de mettre fin à d’éventuelles discordes entre pharmaciens et PSAD.

Le pharmacien est responsable du bon fonctionnement de la totalité du traitement d’oxygénothérapie prescrit par le pneumologue ou le médecin. Le PSAD est lui responsable de la matériovigilance de sa prestation, du suivi administratif du dossier patient, mais aussi de la bonne observance du traitement. Chacun peut donc jouer son rôle sans empiéter sur celui de son collègue.

Pour les patients en insuffisance respiratoire augmentant rapidement d’années en années, l’oxygénothérapie à domicile est bien évidemment un gain sur leur qualité de vie. L’HAS a observé ces augmentations significatives ainsi : « la prise en charge à domicile des pathologies respiratoires concernait 11 000 patients en 1980, elle touche plus de 500 000 patients en 2010. Cette augmentation est liée à la prise en charge exponentielle du syndrome d’apnée du sommeil par pression positive continue. D’autres pathologies  responsables  d’insuffisance  respiratoire  chronique  sont également en progression : broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) et syndrome obésité-hypoventilation ».[1]

Enfin, depuis les premières prescriptions d’oxygénothérapie à domicile, le matériel loué par les PSAD a considérablement évolué. Il était indispensable de faire évoluer la LLPR afin de prendre en compte d’une manière efficiente et en fonction du bénéfice patient toutes ses nouveautés technologiques. Le JO du 27 février 2015 a donc modifié de façon radicale les forfaits d’oxygénothérapie en remplaçant le décret n° 2004-1419 du 23 décembre 2004.

 

Title : L’évolution du traitement à domicile de l’insuffisance respiratoire

Description : Des premiers réseaux à aujourd’hui, la coordination des prescripteurs, pharmaciens et prestataires de santé à domicile au service de l’oxygénothérapie à domicile.

 

[1] http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2013-01/rapport_oxygenotherapie.pdf

CONTACTEZ-NOUS