[MUST - 16/11/2022] Découvrez les trois derniers blogs publiés : Référentiel PSDM, SESAM-Vitale, SMS - Rendez-vous dans la rubrique Actualités | Blog

Un nouveau traitement pour soigner la plaie du pied diabétique

21 07 2016 | Move

Le diabète peut provoquer une baisse de sensibilité des nerfs de contact au niveau des pieds, créant alors des complications. Des cors, durillons, mycoses et autres crevasses apparaissent sans même que le patient ne s’en rende compte étant donné qu’il ne perçoit pas la douleur. L’infection finit par s’amplifier et le risque d’amputation est grand. Un tout nouveau médicament appelé Heberprot-P vient révolutionner le quotidien des malades, en traitant efficacement la plaie diabétique.

Les risques et conséquences du pied diabétique

piedLa notion de pied diabétique regroupe toutes les affections qui peuvent toucher le pied à cause du diabète. Les pieds sont effectivement alimentés par un vaste réseau d’artères qui transportent l’oxygène jusqu’aux muscles et la peau. Le diabète empêchant l’assimilation optimale des sucres apportés par la nourriture, le taux de glucose sanguin s’élève outre mesure et les artères finissent par s’obstruer au niveau des jambes. En conséquence, le sang n’est plus suffisamment oxygéné et ne parvient plus à lancer le processus de cicatrisation. Les blessures, qui étaient insignifiantes au début, s’aggravent et l’amputation devient la seule solution envisageable. D’autre part, la neuropathie est grandement responsable de l’apparition de corne aux points d’appuis du pied, gênant le mouvement du membre qui va se mettre à saigner et ulcérer. C’est ce que les médecins appellent le mal perforant plantaire. Les douleurs sont imperceptibles et le malade ne s’en préoccupe pas plus que cela, s’imaginant qu’il serait démesuré de soigner une si petite lésion. Or, ces plaies au départ anodines deviennent rapidement douloureuses et handicapantes, au point qu’il n’est plus possible de marcher et de s’adonner aux activités quotidiennes. Elles auraient aisément pu être évitées si le patient avait davantage pris soin de ses pieds. Une simple paire de chaussures neuves peut provoquer des ampoules, alors qu’un ongle mal coupé peut causer une infection sous la peau et accélérer le phénomène du pied diabétique.

Selon la Fédération Française des Diabétiques, 10 % des diabétiques courent un risque sérieux d’amputation, ce qui est assez élevé. En effet, près de 10 000 amputations ont lieu chaque année à cause des complications du diabète. Cet acte chirurgical irréversible pourrait pourtant être évité avec des soins appropriés et une prévention plus assidue. Ainsi, vous pouvez commencer par prendre quelques bonnes habitudes, comme nettoyer soigneusement vos pieds, entre chaque orteil et sous les ongles. Pensez également à surveiller très régulièrement l’état de vos pieds, et si vous ne parvenez pas à regarder dans les moindres recoins, n’hésitez pas à demander l’aide d’un proche ou encore d’un spécialiste. Evitez autant que possible de marcher pieds nus et choisissez vos chaussures avec minutie. Dès qu’une anomalie est remarquée, n’attendez pas pour la traiter. En cas de pied infecté, il est indispensable de rééquilibrer le diabète.

Un traitement révolutionnaire dans l’univers médical

Associé à des infections des tissus et des os, le pied diabétique ne touche pas moins de 25 % des malades qui s’exposent au risque extrême d’amputation. Des chercheurs cubains ont mis au point un traitement en 2006. Largement utilisé dans une quinzaine de pays, ce médicament du nom de Heberprot-P est encore inconnu en France. Pourtant, il vient littéralement révolutionner la vie des malades dans le sens où il soigne le pied diabétique avec une efficacité remarquable. En effet, ce produit innovant a déjà permis à plus de 200 000 patients de se préserver de l’amputation. Actuellement, une étude d’évaluation menée par l’Agence américaine la Food and Drug Administration est en cours afin d’autoriser sa mise en vente sur le marché américain. Le nouveau médicament évite l’amputation dans, tout de même, 75 % des cas. Le diabète étant une épidémie planétaire qui ne cesse de se développer, Heberprot-P répond à un immense besoin médical qui n’a jusqu’à présent jamais pu être satisfait. Etant donné qu’un diabétique sur quatre présentera nécessairement une blessure au cours de sa vie et que 85 % des amputations ne pourront pas éviter l’apparition d’une lésion future du pied, le nouveau médicament tombe à point nommé pour améliorer le quotidien des patients. Cette solution thérapeutique prend en compte la mauvaise cicatrisation des lésions qui entraîne indiscutablement évolution chronique et donc, le risque d’amputation. Heberprot-P a été développé pour être injecté à la périphérie de la plaie mais aussi dans la matrice de l’ulcère. En accélérant l’épithélialisation et la reconstitution cellulaire, le traitement favorise une réponse pharmacodynamique optimale. Pour cela, il se combine astucieusement à des protéines de la peau saine. Ainsi, le facteur de croissance épidermique administré dans la lésion, ce qui améliore la migration des cellules et donc la cicatrisation. Même une plaie diabétique profonde peut être soignée par ce médicament. Par conséquent, les taux d’amputation liés aux pieds diabétiques s’en trouvent largement réduits, sans faire courir un quelconque danger aux patients. A la suite de l’étude entreprise par l’Agence américaine la Food and Drug Administration, Heberprot-P devrait venir au secours des patients diabétiques souffrant de blessures chroniques du pied, aux quatre coins de la planète.

 

CONTACTEZ-NOUS