[MUST - 16/11/2022] Découvrez les trois derniers blogs publiés : Référentiel PSDM, SESAM-Vitale, SMS - Rendez-vous dans la rubrique Actualités | Blog

Les PSAD publient des propositions concrètes pour améliorer le maintien à domicile d’aujourd’hui et de demain

3 04 2015 | Air, Blog Must, Home, Life

La Fédération des PSAD a publié en janvier 2015 des suggestions primordiales permettant de rendre plus efficace le traitement à domicile des patients pour une meilleure qualité de vie et une meilleure maîtrise des dépenses de santé.

Un livre blanc de la Fédération des prestataires de santé à domicile

iStock_000022401948_LargeLes prestataires de santé à domicile représentent, avec tous les autres acteurs de la médecine de ville tels que les infirmiers libéraux, les kinésithérapeutes ou bien encore les auxiliaires de vie, l’avenir de la médecine ambulatoire.

 

La loi HPST de 2009 a mis en évidence le fait que si la France souhaite conserver un système de santé efficace et durable, il devenait nécessaire que notre système « hospitalo-centré » s’ouvre vers une médecine ambulatoire. Les prestataires de santé à domicile, tous statuts et toutes identités professionnelles reconnues, assurent actuellement les 2/3 de la prise en charge des patients dépendants[1]. Il semble tout à fait justifié que ces acteurs de la prise en charge du handicap et de la dépendance soit aussi les principaux créateurs et investigateurs de la santé de demain.

 

Ainsi sous ce livre blanc de la Fédération des prestataires de santé à domicile, se regroupent neuf principaux items dont les PSAD sont dépositaires sous les deux principaux syndicats les représentant le Synalam et le Synapsad. Tout d’abord ces propositions s’articulent autour d’actes d’efficiences logistiques et de cadres législatifs précis. En effet la prestation à domicile répond à un besoin de nombreux patients soucieux de préserver une certaine qualité de vie malgré la maladie.

 

Toutefois la prestation à domicile souffre d’un manque de reconnaissance et de qualifications propres. Il s’agirait donc de créer un renforcement de l’expertise des prestataires tout en intégrant le label de qualité QUALI’PSAD, crée en 2013, sous la surveillance continue du Législateur tel la HAS.

De plus il faudrait intégrer à la LPP les différentes innovations continues en matières de produits et d’appareillages disponibles sur le marché  afin d’en faire bénéficier au plus grand nombre de patients. Tout en sachant exclure aussi certains systèmes qui n’auraient pas démontré leur efficacité.

 

Enfin les prestataires de santé à domicile souhaiteraient que leur rôle d’éducation thérapeutique auprès de leur public soient reconnus à sa juste valeur, tant légalement que pécuniairement. Difficile de dire que l’on livre une PPC ou un matériel d’oxygénothérapie sans informer et former le malade à son utilisation !

Intégrer les innovations technologiques aux bénéfices de la médecine à domicile

Les propositions établies par les syndicats Synalam et Synapsad se veulent être aussi, d’une manière plus générale, représentatives de la volonté de tous les acteurs de la santé à domicile.

Nombre d’innovations technologiques et logistiques, tels que les logiciels d’assistance au travail des PSAD comme Must, sont disponibles pour les professionnels de santé de proximité. Or, à l’évidence, l’e-médecine demeure un sujet peu abordé pour devenir réellement efficace.  Pourtant beaucoup de professionnels de santé à domicile réclament plus de moyens logistiques de communication et de transparence des données patients afin de rendre leur travail plus efficace et surtout, mis en commun.

Les infirmiers libéraux par exemple déplorent, eux aussi, depuis bien longtemps un lien difficile entre les différents acteurs de la prise en charge du patient. Le manque de communication entre tous ces acteurs impliquent bien évidemment des erreurs et des surcoûts largement évitables :

« L’offre en ville n’est pas assez structurée (encore émiettée) et implique une grande variété d’acteurs (infirmiers, SSIAD, HAD, PSAD…). Il arrive que ceux-ci se fassent concurrence et que des défauts de coordination génèrent des surcoûts évitables »[2].

Il devient indispensable que la législation évolue en la matière afin de proposer à tous les prestataires de santé comme à tous les professionnels de santé de proximité des outils de communication et de partage. Il en va de l’évolution efficace de la médecine de demain. « La création d’une plateforme de partage des données associant tous les acteurs du domicile, fluidifiant l’accès des médecins aux données de leurs patients et garantissant un accès facilité des patients à leurs propres données ».[3]

 

Title : Améliorer la santé de proximité grâce aux prestataires de la santé à domicile

Description : L’importance de la santé de ville implique des changements majeurs à effectuer pour une meilleure prise en charge. Les PSAD, témoins des difficultés quotidiennes, proposent de grands sujets à étudier pour améliorer la santé à domicile.

[1] http://www.fedepsad.fr/_lib_medias/files/314-1136.pdf

[2] http://www.fedepsad.fr/_lib_medias/files/314-1136.pdf

[3] Idem

CONTACTEZ-NOUS