[MUST - 16/11/2022] Découvrez les trois derniers blogs publiés : Référentiel PSDM, SESAM-Vitale, SMS - Rendez-vous dans la rubrique Actualités | Blog

Le congrès du sommeil Nantes 2015 et le syndrome d’apnée du sommeil

21 12 2015 | Air

Le congrès national du sommeil de Nantes du 19 au 21 novembre 2015 réunissait tous les professionnels du secteur. Évidemment Must Informatique a participé à cet évènement incontournable, afin de rencontrer les spécialistes du sommeil et de leur faire découvrir toutes les nouveautés en matière de technologie de l’information pour un système de santé plus efficient.

La place importante du traitement des Syndromes d’Apnées du Sommeil (SAS) au congrès national de Nantes

ppcLorsque l’on évoque la somme des problèmes médicaux liée à un mauvais sommeil, un manque de sommeil ou, au contraire, une hypersomnie, il est difficile de ne pas citer de façon quasi immédiate l’apnée du sommeil comme une des plus importantes pathologies liées au sujet.

L’apnée du sommeil concerne 600 000 patients en France. Ils sont soignés par des prestataires de santé à domicile spécialiste de l’oxygénothérapie sous prescription d’un médecin pneumologue sans compter les autres professionnels médicaux liés indirectement aux Syndromes d’Apnées Obstructives du Sommeil (SAOS) (troubles psychologiques, hypertension…).

Logiquement, le congrès national du sommeil laisse chaque année une part importante de ses conférences et rencontres aux spécialistes des causes, des conséquences, des traitements et des nouveautés concernant l’apnée du sommeil. Cette année, de nombreux ateliers ont été organisés autour du SAOS, vous pourrez retrouver ces conférences retranscrites sur le site lecongresdusommeil.com comme chaque année.

Ainsi, le congrès s’ouvrait le 19 novembre 2015 sur le sujet suivant : Définir les traits phénotypiques physiopathologiques du syndrome d’apnées obstructives du sommeil. Puis, durant les deux jours de rassemblement, furent évoqués différents points de vue :

  • Orthèse d’avancée mandibulaire et SAOS : des recommandations à la pratique clinique.
  • Vers une approche personnalisée du traitement du SAOS de l’adulte ?
  • Le syndrome d’apnées du sommeil pendant le sommeil paradoxal…

 

Si vous n’avez pu vous joindre à ces débats menés par de grands spécialistes, n’hésitez donc pas à consulter les rapports les concernant sur le site dédié à ce congrès.

Des évènements pour médiatiser une maladie trop peu connue : l’apnée du sommeil

L’avantage de ces grands rassemblements de spécialistes interprofessionnels sur un sujet fondamental comme celui du sommeil est de mettre en avant des pathologies qui sont, trop souvent, ignorées du grand public.

D’ailleurs, c’est le principal souci lié à la maladie de l’apnée du sommeil : elle est souvent ignorée, parfois oubliée et donc mal soignée. Comme l’indique Jean-Claude Meurice, chef du service de pneumologie du CHU de Poitiers et vice-président de la Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil (SFRMS) dans l’article consacré à la SAOS dans Le Parisien : « La maladie est de connaissance récente. Elle n’a été comprise et analysée seulement dans les années 70 et n’a pas été enseignée aux médecins avant la fin des années 90. Elle a donc été négligée pendant longtemps ».[1]

Ainsi le spécialiste estime qu’ « aujourd’hui elle touche 6 à 8% des femmes et de 10 à 15% des hommes dont l’âge moyen se situe autour de 50 ans ».[2]

Une négligence du corps médical mais aussi des patients qui ne comprennent pas toujours que ce syndrome peut pourtant avoir des conséquences dramatiques sur leur santé allant d’un état dépressif et d’une hypersomnie diurne à des risques largement augmentés d’infarctus du myocarde, d’accidents vasculaires cérébraux et de troubles du rythme cardiaque.

Cependant, la maladie en présence de médecins pneumologues peut être rapidement diagnostiquée par des signaux d’alerte simples : endormissements spontanés, ronflements très sonores, levers nocturnes fréquents, baisse de la libido mais aussi bien souvent, dans 70 à 80 % des cas, une surcharge pondérale.

Qui plus est, une fois diagnostiquée, il s’agira de trouver le soin le plus adapté au patient. Il sera souvent conseiller et prescrit la pose d’un appareil à pression continue par l’intermédiaire d’un prestataire de santé à domicile qui viendra conseiller le patient et l’aider dans la gestion quotidienne de cet appareil étranger, qui pourtant, pourrait bien lui sauver la vie…

[1] http://www.leparisien.fr/laparisienne/sante/10-a-15-des-francais-atteints-d-apnee-obstructive-du-sommeil-15-11-2015-5278739.php

[2] Idem

CONTACTEZ-NOUS