[MUST - 27/04/2022] Découvrez le dernier blog publié : Gestion de stocks - Rendez-vous dans la rubrique Actualités | Blog

L’apnée du sommeil et son traitement au quotidien : le patient avant tout !

31 03 2015 | Air

Les récentes volontés de changements de législation sur la PPC ont mis en exergue l’avis des patients soignés. Si elle offre une réelle amélioration de l’état de santé, sa mauvaise observance est la conséquence des multiples inconvénients qu’elle impose.

La PPC et ses bienfaits pour le patient atteint de SAHOS

ppc2Les dispositifs d’appareils à pression continue ont une efficacité absolument incomparable dans tous les symptômes consécutifs à l’apnée du sommeil. En effet le Syndrome d’Apnées-Hypopnées Obstructives du Sommeil (SAHOS) est une maladie sourde et insidieuse entrainant de multiples causes de morbidité précoce. Les symptômes de ces brusques hypopnées se manifestent à court terme par une somnolence diurne accompagnée de risque à la conduite, d’accidents du travail ou de troubles de l’apprentissage influençant grandement sur l’humeur du malade. A plus long terme ces arrêts respiratoires entraînent une mauvaise oxygénation du cerveau et endommagent le système cardio-vasculaire.

La pose d’un appareil à pression continue ou d’une OAM (Orthèse d’Avancée Mandibulaire) est indiquée pour un patient présentant selon la HAS un « SAHOS modéré ou sévère, c’est-à-dire avec un IAH qui dépasse 15 et qui présente au moins trois des symptômes suivants : somnolence diurne, ronflements sévères et quotidiens, sensation d’étouffement ou de suffocation pendant le sommeil, fatigue diurne, nycturie, céphalées matinales. Le choix du dispositif médical (PPC ou OAM) dépend de la sévérité des symptômes. »[1].

Un rapport de l’HAS de septembre 2014[2] étudiait les différents résultats obtenus sur l’état de santé du patient atteint de SAHOS grâce à la pose d’une PPC. Ces résultats sont sans appel[3] :

  • l’indice d’apnées hypopnées est diminué de façon plus importante que par le placebo ou les
  • soins de support chez les patients avec SAHOS,
  • la somnolence diurne est largement diminuée en particulier chez les malades présentant des syndromes dits sévères,
  • la qualité de vie et de la baisse des troubles de l’attention est en revanche plus variable en fonction des cas,
  • « chez les patients avec SAHOS modéré à sévère (indice d’apnées hypopnées >20 événements par heure) et somnolents (score de somnolence d’Epworth > 12), les données de la littérature montrent que le traitement par PPC diminue le risque d’accidents de la route »,
  • les résultats de l’appareil à pression continue sur la tension artérielle sont eux aussi très significatifs : elle diminue d’environ 2 mmHg (statistiquement significatif) chez les patients avec SAHOS[4].

En ce qui concerne le diabète et la morbidité cardio-vasculaires, les résultats sont encore en cours d’étude. Toutefois il est évident que l’appareil à pression continue est d’une efficacité importante sur les patients atteints d’apnée du sommeil. Pourtant ils sont 15 % à refuser ce traitement et 20 % à l’abandonner totalement[5]. Quelles en sont les raisons ?

Le traitement de l’apnée du sommeil et les inconvénients de l’appareillage en PPC

Si la PPC améliore considérablement l’état de santé et les troubles liés aux conséquences du SAHOS, l’évidence de l’efficacité du traitement est loin d’être acquise pour le patient. C’est ainsi que l’on constate une mauvaise observance du traitement par les apnéiques. Les raisons sont multiples : bruit, gêne du masque entrainant des orgelets, position inconfortable du sommeil, baisse de la libido… Sans compter qu’en cas de troubles bénins comme un rhume, une grippe, une sinusite, une bronchite ou une rage de dents porter le masque au moins quatre heures durant une nuit devient vite un calvaire.

Grâce aux prestataires de santé à domicile proposant ce type de matériel, il peut être trouvé en partenariat avec le pneumologue prescripteur du traitement, des solutions pour le patient. En effet, le PSAD en charge du patient apnéique a désormais toute une gamme de produits à sa portée afin de solutionner les tracas liés aux masques ou à la machine elle-même. Le Dr Frija-Orvoën, pneumologue (Pitié-Salpêtrière, Paris) confirmait à Le Figaro en 2012 que « les prestataires de soins à domicile jouent un rôle majeur dans l’acceptation du traitement. Il faut les solliciter tant que le masque ou la pression délivrée, qui peut se moduler pour suivre la respiration naturelle, ne sont pas adaptés. Une fois accepté, ce traitement est efficace à 100 % »[6].

 

En cas de réelles difficultés il reste encore une solution plus récente à proposer au patient atteint de SAHOS : l’orthèse d’avancée mandibulaire. Elle est préconisée en cas d’impossibilité d’appareillée le patient par PPC, en première intention lorsque l’IAH est compris entre 15 et 30 en l’absence de maladie cardiovasculaire grave associée[7].

 

Title : Le SAHOS ou syndrome d’apnée du sommeil et le patient apnéique

Description : L’importance des bienfaits de la PPC ou de la récente OAM sur le traitement de l’apnée du sommeil. Comment résoudre les inconvénients liés au traitement?

 

[1] http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1761160/fr/apnees-du-sommeil-de-nouvelles-recommandations-de-prise-en-charge-des-patients

[2] http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2014-09/rapport_sahos_-_evaluation_clinique.pdf

[3] Idem

[4] http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2014-09/rapport_sahos_-_evaluation_clinique.pdf

[5] http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/01/04/16924-apnee-sommeil-vers-traitements-sur-mesure

[6] http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/01/04/16924-apnee-sommeil-vers-traitements-sur-mesure

[7] http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1761160/fr/apnees-du-sommeil-de-nouvelles-recommandations-de-prise-en-charge-des-patients

CONTACTEZ-NOUS